L’AFEV recrute sa nouvelle promo de volos

Et voila, une année de passée et c’est avec un petit pincement au cœur que nous souhaitons belle route à notre superbe équipe de volos 2015-2016 !

06

Nous avons donc besoin de jeunes engagés pour nous rejoindre l’année prochaine sur nos projets , à partir de septembre  et avons donc lancé le recrutement de la promo de volos pour l’année prochaine! Une année qui s’annonce dynamique et intéressante : développements de projet, déménagement dans de supers locaux et plein de nouvelles choses au programme !

Vous souhaitez plus de renseignements ? rdv sur http://www.rhone-solidaires.org/offres-emploi?title=grenoble&field_job_type_tid=385&taxonomy_vocabulary_4_tid=All

Un air de fête à Mistral

Le Vendredi 27 mai, c’était la fête du quartier Mistral, placé sous le signe de l’art avec un thème « Mistral, tous des artistes »! Le quartier foisonnait de stands proposant animations (dessins, lecture, balade à dos d’âne, marché) à une foule d’enfants et parents venus nombreux pour l’occasion !
Du côté des kaps, deux stands ont été proposés: les kapseurs du marché solidaire proposaient une dégustation et une vente de leurs produits, quand d’autres ont organisé une gratuiterie spéciale livre.
Des spectacles de batucada, capoeira, danse turque, clown et Raï venaient ambiancer un événement attendu par les habitants, ouvrant de belle manière la saison estivale !

sy.jpg

Festi’Hoche, une fête de quartier animée

Samedi 21 mai 2016 a eu lieu, le Festi’Hoche, une fête familiale organisée par les acteurs du quartier Hoche-De Bonne, avec comme objectif d’animer le quartier et d’impliquer ses habitants. Objectif réussi car le temps d’une journée ensoleillée, le parc Hoche s’est transformé en village du monde et du jeu avec, au centre, une place principale pour discuter et cuisiner, et tout autour, différents espaces : jeux, débat, restauration, petite enfance, information, etc.

L’AFEV était présente et a animé plusieurs ateliers : attrapes rêves, maquillage, dessin à la craie, etc.

 

20160521_141306

Démocratie en chantier 3e (et dernier rendez-vous)

Démocratie en chantier dernier rendez vous

L’Islam, thème omniprésent dans nos sociétés, nos médias, nos cultures. Pour ce 3e et dernier rendez-vous, le cycle « Démocratie en chantier » a choisi d’interroger l’essence même de ce qui fonde cette religion, l’histoire du Coran et du prophète Mahomet. Comprendre leur Histoire, questionner leur contexte, c’est aussi bousculer nos représentations, nos clichés, nos a prioris sur ce qu’est l’Islam aujourd’hui, ce qu’il représente au regard de la pluralité des cultures et des modes vies qui fondent notre société.

Pour mettre en lumière ces approches, qui de mieux que Rachid Benzine, islamologue, considéré par nombres journalistes et chercheurs comme initiateur de la mouvance des « nouveaux penseurs de l’Islam », invité donc à cette occasion par le Prunier Sauvage à s’exprimer sur une partie de ses recherches, le 26 avril au soir.

La forme de l’événement, qui se voulait interactive, proposait donc une « conférence-discussions » en trois temps : l’intervention de Rachid Benzine, qui traitait notamment des faits historiques contextualisant la génèse du Coran dans ses écrits comme dans sa transmission orale, et celle du prophète, déconstruisant des représentations mythifiées à son sujet.

Ensuite venait le temps des échanges et des questions avec l’intervenant, précédé d’un temps de discussion en groupe afin d’évoquer les incompréhensions, les interrogations, les sentiments en réaction à l’exposé, afin que tous puissent s’exprimer.

Cette soirée, organisée par le Prunier Sauvage en partenariat avec la Maison de l’Enfance Bachelard (MEB), l’association Alter-Egaux (représenté par Ali Djilali) et l’AFEV, fut à nouveau le témoin d’un mélange, fruit de l’esprit « démocratie en chantier », associant l’approche universitaire et l’analyse du public, pour aboutir à un objectif commun : comprendre, partager, éclairer un sujet sociétal qui nous questionne et nous fascine.

Montage d’une BCD

kgfhvblikl

Montage d’une bibliothèque à l’école
Jean-Paul Marat, Echirolles

Dans le cadre de mon volontariat au sein de l’école élémentaire Jean-Paul Marat, je travaille sur la thématique du lien école-famille. Mon objectif est de réussir à intégrer les parents d’élèves dans des projets menés dans l’école.

Avec le directeur, nous avons eu envie de redonner vie à la bibliothèque de l’école, laissée à l’abandon depuis une dizaine d’années. Mais nous voulions le faire uniquement avec les parents d’élèves.

Je suis donc allé plusieurs fois à leur rencontre aux heures de sorties des classes et durant les ateliers qui leur étaient proposés dans les murs de Jean-Paul Marat, afin de constituer une équipe.

Ensemble, les parents et moi, nous avons : trié tous les livres qui étaient en très mauvais état dans les étagères de l’ancienne bibliothèque, couvert les livres restant et constitué le fond de la bibliothèque.

La prochaine étape va être de décorer et animer la nouvelle bibliothèque que nous aurons fini de monter avant l’inauguration officielle qui va se dérouler début Juin

C’est une fierté de voir cette bibliothèque se monter de toutes pièces étapes par étapes et c’est surtout une grande joie de voir les parents s’impliquer autant et prendre du plaisir ensemble. Je suis aussi contente de pouvoir constater que ce projet fut pour beaucoup de parents un moyen de rencontrer d’autres parents et de pouvoir échanger avec eux. Je n’oublierai jamais le moment où nous devions couvrir tous les livres restants sur les étagères et que nous avons donc appris tous ensemble comment faire. Au fur et à mesure, je n’avais plus besoin d’expliquer aux parents nouveaux venus les étapes pour couvrir les livres, les anciens s’en chargeaient.

Sara, volontaire en résidence à l’école élémentaire Jean-Paul Marat

Sans titre

Lutter contre les discriminations

20160324_114445

Lutter contre les discriminations

            Depuis 1966, le 21 mars est la « Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale ». Le mois de mars 2016 a été l’occasion pour notre association, de mettre un coup de fouet à la sensibilisation d’une société plus solidaire. C’est aussi l’occasion de collaborer pour lutter contre l’intolérance et l’exclusion. Du 21 mars au 4 avril, l’AFEV était donc présente sur plusieurs site universitaire de l’agglomération Grenobloise, pour parler discriminations et initiatives solidaires.

Le lundi 21 mars, nous étions à EVE dans le cadre du Festival du Printemps des initiatives, le mardi 23 mars à l’école Phelma Minatec, de Grenoble INP, et du jeudi 24 mars au lundi 2 avril, nous avons occupé la Maison de Grenoble INP. Mais qu’avons nous fait ? Vous l’avez sûrement remarqué, à l’AFEV on ne sort jamais sans nos animations d’expressions. Nous avons donc hissé nos mûrs d’expressions ! Un sur les discriminations pour récolter des témoignages / expériences et pour permettre une prise de conscience sur le moment où on est discriminé / discriminant. Pour faire écho à ce mur d’injustice social et économique, un autre mûr d’expression plus positif lui faisait face, celui des solidarités, pour mettre en lien les acteurs prenant part à la lutte des discriminations (quelles solutions existent ils face à cela?). Le tout était illustré par une exposition composée d’informations sur les différentes discriminations ; des définitions et des statistiques. En extérieur, nous nous baladions sur nos vélos porteur de parole ambulant, pour aller à la rencontre des passants, leur poser les questions énumérées avant, en nous laissant aller aux discussions.

Bilan de ces journées ? Tous le monde est touché par ses sujets, et lorsque nous allons discuter avec les étudiants, tous ont leur mot à dire. Des philosophies pour un monde sans discrimination ? L’union, la diversité, la tolérance, et mettre en avant les différences, car finalement « on a tous la même couleur de sang », n’est-ce pas ? Pour les discriminations les plus courantes dans les universités / écoles, il y en a qui ressortent d’avantage, comme le sexisme (qui est courant, dans les études scientifique surtout), l’orientation sexuelle, les inégalités économiques (qui ne permettent pas à tous d’accéder aux études supérieures) , la religion, les discriminations raciales provenant souvent des clichés, la mauvaise intégration des étudiants étrangers, et les discriminations physiques, dans notre monde où l’apparence à tant d’importance.

20160321_123010